L’histoire de la pédagogie Steiner-Waldorf

L’éducation Steiner-Waldorf est un courant pédagogique basé sur les principes d’anthroposophie de Rudolf Steiner, philosophe et occultiste autrichien. Rudolf Steiner a fondé la première école Waldforf à Stuttgart, en Allemagne, en 1919 avec le soutien financier de l’entrepreneur allemand Emile Molt dans le but de diffuser l’anthroposophie. Ayant été précepteur de 1884 à 1890, Rudolf Steiner pense que l’enseignement, tel que donné dans les écoles allemandes, fait trop appel au côté rationnel de l’élève. Au début du XXe siècle, il théorise une éducation faisant appel au côté irrationnel de l’enfant dans le respect de la doctrine anthroposophique, courant de pensée ésotérique.

En 1919, il intervient comme conférencier à Stuttgart, dans le sud-ouest de l’Allemagne, sur la tripartition de l’organisme sociale auxquels participent des ouvriers de l’usine Waldorf-Astoria. Convaincus par ses idées, les ouvriers interpellent Steiner et lui demandent de créer une école intégrant les principes de l’anthroposophie qui permettrait aux élèves de développer les compétences nécessaires pour penser et mettre en oeuvre de nouvelles idées sociales. C’est ainsi qu’est inaugurée le 7 septembre 1919 la première école “Libre école Waldorf” destinée aux enfants des ouvriers.

Le mouvement pédagogique Steiner-Waldorf prend ainsi de l’ampleur au fil du temps et gagne l’Europe de l’Ouest, l’Amérique, l’Australie, les pays d’Afrique et d’Europe de l’Est entre 1930 et la fin du XXe siècle.

Le mouvement pédagogique Waldorf restera cependant longtemps isolé des autres pédagogies alternatives. Au moment de l’apogée des écoles Waldorf en Allemagne, les libres communautés scolaires de Hambourg voient également le jour. Ces écoles libertaires choisissent de devenir des communautés scolaires anti-autoritaires où les enfants, parents et enseignants expérimentent de nouvelles méthodes d’éducation. Quatre écoles firent parties de cette communauté. Il s’agissait alors d’écoles publiques qui ont toutes finies par être fermées les unes après les autres pour diverses raisons. Au début, les autorités scolaires de Hambourg leur accordent une liberté totale d’expérimentation, puis, en 1925, elles demandent à ce qu’elles se conforment aux mêmes objectifs que les autres écoles publiques. Deux des écoles acceptent ce retour à la normalisation; une troisième ferme dans les années 30 en raison d’un nombre d’élèves trop faible et la quatrième fut fermée par le régime nazi durant la Seconde Guerre Mondiale. Il faudra attendre les années 70 pour que les écoles Waldorf-Steiner rejoignent finalement le mouvement des pédagogies alternatives. En près de 20 ans, entre les années 70 et 90, le courant de la pédagogie Waldorf-Steiner passe de mouvement marginal à l’un des influenceurs principaux du Mouvement pour une éducation nouvelle.

En France, depuis la fin du XXe siècle, la pédagogie Waldorf s’unit aux pédagogies Montessori et Decroly par la réalisation de rencontres et de concertations communes.

En 2001, La fondation « Les amis de l’éducation Waldorf – Écoles Rudolf Steiner » est admise aux relations officielles de l’UNESCO.

Pour plus d’information : Wikipedia

Leave a Reply